L’irrigation, un des challenges de l’agriculture moderne ?

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

L’irrigation fait partie des nombreux défis auxquels les agriculteurs doivent faire face au quotidien. La qualité et la quantité de la production en dépendent grandement. Heureusement, il existe plusieurs méthodes de pilotage d’irrigation disponibles. Découvrez quelques-unes dans cet article.

Le tensiomètre à eau

Le tensiomètre à eau permet de mesurer l’état hydrique des sols. Elle est évaluée en centibars. Vous pouvez lire la pression directement sur le manomètre. Son utilisation est à privilégier dans le maraîchage ou sur des sols assez humides. C’est une des méthodes de pilotage des irrigations en Agro Ressources, spécialisé en pilotage des irrigations, fertilisation, agrométéorologie, contrôle qualité en agriculture, qui peuvent répondre à vos besoins.

À voir aussi Comment se forme un dôme de chaleur ?

Pour mettre en place le tensiomètre, vous avez besoin d’une pompe à vide. Elle peut être équipée ou non d’un manomètre. L’utilisation de tarière vrille est aussi indispensable. Pensez à acheter à l’avance des accessoires de rechange tels que la bougie pour tensiomètre, le bouchon vert en caoutchouc et le manomètre.

Sachez que le tensiomètre a besoin d’eau pour fonctionner normalement du fait qu’il s’agit d’un système mécanique.

Le tensiomètre électrique

Par rapport à un tensiomètre à eau, le tensiomètre électrique peut mesurer une pression située entre 0 et 240 centibars. Il est adapté pour la viticulture, l’arboriculture, les grandes cultures et autres. Son installation convient tout aussi bien sur un sol humique que sur un sol sec. C’est un dispositif qui supporte le gel.

À voir aussi Bonus réparation textile: comment fonctionne cette nouvelle subvention ?

Le tensiomètre électrique peut être associé avec d’autres appareils pour être plus performant. Il y a par exemple les appareils d’enregistrement, de lecture ou de transmission de données comme le moniteur ou le boîtier de lecture. Demandez conseil à un spécialiste de la science de l’irrigation pour en savoir plus.

irrigation champ agriculture

La chambre à pression

La chambre à pression est un autre moyen de pilotage d’irrigation. Par rapport aux deux premiers modèles, celle-ci est destinée aux conseillers spécialisés, aux centres techniques ou de recherche. Son utilisation est tout indiquée pour mesurer l’état hydrique d’une plante. Elle est d’ailleurs recommandée pour les vignes.

À voir aussi La Commission Européenne approuve un nouveau régime d’aides françaises pour les zones rurales

Il existe plusieurs modèles selon les besoins des viticulteurs, des instituts et centres techniques ou des établissements d’enseignement agricoles.

Les sondes capacitives

Les sondes capacitives permettent aussi de mesurer la teneur en eau du sol. Elles sont placées à des profondeurs différentes sur le terrain à étudier. Vous pouvez également installer des sondes mobiles pour mettre à jour vos informations. Les données sont envoyées sur une interface spécifique. Elles sont accessibles durant toute l’année ou durant la période d’irrigation.

Les sondes neutroniques

Les sondes neutroniques, comme leur nom l’indique, fonctionnent à l’aide de neutrons. Le principe est simple, vous comptez les neutrons contenus dans un rayon de 20 cm autour de la zone à étudier. Cependant, une étude en laboratoire est indispensable pour déterminer la teneur en eau dans le sol.

À voir aussi Des chèvres abattues pour des cailloux sur un terrain de tennis : le choix de la mairie de Falicon fait polémique !

Le pépista

Le pépista fait partie des méthodes de pilotage d’irrigation. Il permet de mesurer la teneur en eau dans les fruits ou les rameaux. Si les plantes ne se développent pas correctement, c’est qu’elles présentent un problème hydrique qui stoppe leur croissance.

Les capteurs à matrice granulaire

Pour mesurer l’état hydrique sur n’importe quel type de sol, les capteurs à matrice granulaire sont parfaits. De plus, leur installation ne présente pas un coût conséquent. Ils ne requièrent pas non plus d’entretien particulier. Toutefois, avant d’installer cet appareil, procédez à un calibrage de votre sol.

L’humidimètre TDR

Le principe de l’Humidimètre TDR permet également de mesurer la teneur en eau dans le sol. Contrairement aux autres méthodes de pilotage d’irrigation, celle-ci ne dépend pas de la température et de la texture du sol. Pour les sols riches en argile, cette technique n’est pas conseillée. Elle est un peu complexe. De plus, la mise en place d’un tel système d’irrigation coûte assez cher.

À voir aussi Classement des vins les plus exceptionnels du monde selon chatGPT : Comment se classent les vins français ?

L’humidimètre à neutrons

L’humidimètre à neutrons est une autre méthode de mesure permettant de renseigner sur la teneur en eau d’un sol. Par rapport à la technique précédente, elle peut être automatisée. Toutefois, elle est plus indiquée pour des travaux de recherche que comme un système de pilotage d’irrigation. Pourtant, les résultats sont plus satisfaisants qu’avec les sondes capacitives.

Pour mesurer la teneur en eau dans le sol, d’autres techniques sont aussi disponibles. Il y a par exemple le radar sous-terrain ou l’atténuation des ondes gamma.

En bref, nombreuses sont les méthodes de pilotage d’irrigation que vous pouvez adopter pour votre sol. Choisissez en fonction de vos besoins et de l’humidité de votre sol. Prenez contact avec un professionnel des appareils de mesure pour l’agriculture pour demander conseil ou choisir le bon système d’irrigation.

Réagissez à cet article