Veillée funéraire au domicile ou au funérarium ?

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Aujourd’hui, l’organisation d’une veillée funéraire est devenue une coutume pour la majorité des hommes. C’est le laps de temps pendant lequel les proches et les amis du défunt vont se recueillir auprès du disparu avant les funérailles. Cette période peut durer plusieurs jours. Au fil du temps, son organisation a pris une nouvelle tangente. En effet, une veillée mortuaire peut de nos jours avoir lieu chez soi. L’option funérarium est de plus en plus appréciée. Mais entre le domicile et la chambre funéraire, où doit-on organiser la veillée obituaire d’un proche ?

Pourquoi faire une veillée funéraire à son domicile ?

La pensée de faire une veillée mortuaire à domicile est pour beaucoup une chose terrifiante. Cependant, elle présente beaucoup d’avantages pour les vivants, tant émotionnellement que financièrement. Pendant une bonne période du vingtième siècle, cette veillée se faisait habituellement à la maison. Toutes les religions du monde le pratiquent (catholique, islam, judaïsme, etc.). C’est un temps particulier permettant l’accompagnement du défunt vers le royaume des cieux.

À voir aussi Comment mener un entretien d’embauche qui vous fera gagner du temps ?

Par ailleurs, organiser une veillée funèbre dans sa demeure est une preuve d’amour pour le disparu. Le faire chez soi permet en grande partie de veiller sur le corps, l’accompagner dans ces derniers instants, lui dire les dernières paroles, celles que l’on n’a pas pu lui dire avant sa mort. Ainsi, le défunt ne sera pas loin de chez lui dans ces instants à saveur étranges. Cela fait que la veillée sera plus intime et personnelle contrairement à celle organisée dans les chambres funéraires. De même, les amis et les invités vous apporteront du soutien afin de vous éviter de vivre seul cette transition.

En outre, administrer la veillée mortuaire à domicile peut s’avérer financièrement bénéfique. En effet, cette décision vous fera économiser de l’argent, car la location d’un funérarium représente une dépense assez conséquente. Elle peut coûter dans les centaines d’euros par jour. Cependant, vous devriez prendre soin du corps afin de le conserver dans de bonnes conditions.

Pourquoi un funérarium serait-il une bonne idée pour une veillée funéraire ?

Une chambre funéraire est la meilleure solution si organiser une veillée mortuaire à la maison vous semble inconcevable. Un funérarium est normalement l’endroit où est mis le corps du défunt en attendant ses obsèques. Il se trouve souvent dans les hôpitaux. C’est une pièce privée dans laquelle la famille et les proches peuvent venir jour et nuit pour veiller sur le disparu. Administrer la veillée dans un salon funéraire permet de ne pas recevoir trop de monde chez soi, car cela peut être difficile pour certaines familles.

À voir aussi Comment développer son entreprise ?

En conclusion, une veillée mortuaire est un évènement qui est très important pour tout le monde, la famille et le défunt. L’organiser à domicile ou dans un funérarium est une bonne solution. Cependant, chacun de ces lieux offre des perspectives différentes. Cet article dans vous a décrit les avantages de l’administration de la veillée funéraire dans chacun de ces endroits. Le choix vous revient maintenant.

Maison funéraire : les ultimes instants de recueil

Malheureusement, comme trop souvent dans ce genre de situation, la maison funéraire est synonyme de retrouvailles familiales morbides. Effectivement, comme souvent, les familles sont éparpillées aux quatre coins de la France. La maison funéraire reste un lieu de recueil, mais aussi un endroit où l’on se retrouve. Il y règne une ambiance particulière, à mi-chemin entre tristesse, nostalgie, et moment de joie au parfum de retrouvailles. Bien sûr, ce type de circonstance n’est pas idéal, mais force est de constater qu’il a le pouvoir de réunir et de souder les familles.

La fermeture du cercueil

Dans ces moments difficiles, il est compliqué de rester digne, et chacun réagit différemment, selon sa force de caractère, selon ses émotions. En effet, lorsque les proches du défunt se réunissent autour de son corps sans vie, on lui rend hommage, puis vient ensuite la douloureuse étape de la fermeture du cercueil. En effet, c’est un moment extrêmement redouté par les familles, car il s’agit de la dernière fois où elles voient le défunt. C’est une étape particulièrement douloureuse qui nécessite que l’on soutienne les personnes les plus touchées, les plus fragiles.

À voir aussi Comment gérer ses finances ?

Le convoi

Il s’agit là du parcours du défunt entre le moment où son corps est levé de la chambre funéraire, jusqu’au lieu où se déroule la cérémonie. Durant ce parcours, les véhicules qui suivent forment ce que l’on appelle le cortège. Tout ce que nécessite ce parcours est coordonné par le maître de cérémonie. Il s’agit, la plupart du temps, d’un employé des pompes funèbres avec qui vous organisez tous les détails de cette journée. C’est lui par exemple qui gère la disposition des fleurs dans le lieu de culte, la mise en route d’un morceau musical au moment où la dépouille du défunt fait son entrée, etc.

La cérémonie

La cérémonie est l’avant-dernière étape avant de dire adieu au défunt. En effet, elle permet de rendre un dernier hommage à la personne disparue, et pour cela, il existe plusieurs solutions. Parfois, certaines familles décident de lire des textes religieux, ou encore de réciter des prières. Parfois, comme nous l’avons précisé au paragraphe précédent, il est possible d’accompagner le défunt avec un morceau musical : il n’est pas rare en effet qu’on lui passe ses morceaux préférés. Certaines personnes voudront témoigner un dernier hommage en griffonnant quelques mots en l’honneur du disparu, sur un livre funéraire. Il existe bien des possibilités en effet.

L’inhumation ou la crémation

Après toutes ces étapes, toutes très difficiles, arrive le moment de l’inhumation, ou celui de la crémation, selon le choix du défunt. Ce moment est la fin du parcours, le moment où les familles vont pouvoir commencer à faire leur deuil. Quoi qu’il en soit, il existe deux types d’inhumation : la mise en pleine terre ou alors la mise en caveau. Lorsque le corps est enseveli, ou lorsque le caveau est refermé, les familles peuvent déposer un dernier souvenir, il s’agit souvent de fleurs, ou encore de plaques commémoratives comme vous pouvez trouver sur ce site.

À voir aussi Comment gérer sa comptabilité ?

La crémation

Parfois, le défunt a prévu un testament, et l’on s’aperçoit que de son vivant, il a émis le souhait de se faire incinérer. Dans ce cas-là, ses cendres sont recueillies dans une urne que l’on peut déposer dans un columbarium. Il est aussi possible de l’inhumer dans un caveau, dans une cavurne. Dans d’autres situations, l’on peut être amené à disperser les cendres du défunt au jardin des souvenirs. Parfois même, et sous certaines conditions bien précises, vous avez la possibilité de les déverser en pleine nature, mais cette pratique est extrêmement encadrée.

Réagissez à cet article