Où conserver ses pommes de terre frigo ou placard ?

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Dans cet article, nous allons démystifier les débats sur la conservation des pommes de terre en analysant les nouvelles directives de l’Agence des normes alimentaires (FSA) concernant la formation d’acrylamide et le rôle du réfrigérateur.

La controverse autour de la conservation des pommes de terre

Cet ingrédient essentiel dans nos cuisines a toujours suscité de vives discussions quant à sa conservation. Certaines personnes croient qu’il faut conserver les pommes de terre dans un endroit frais et sombre, tandis que d’autres estiment que le réfrigérateur est l’endroit idéal. La raison principale de cette controverse réside dans les risques potentiels pour la santé associés à chacune de ces méthodes de stockage.

À voir aussi Alimentation canine : Ce que vous devez savoir

Les risques liés à la réfrigération

Jusqu’à récemment, il n’était pas recommandé de stocker les pommes de terre dans un réfrigérateur en raison des risques pour la santé. L’une des principales préoccupations était la formation d’acrylamide, une substance chimique qui se forme lors de la cuisson de certains aliments riches en amidon, comme les pommes de terre, à des températures élevées.

L’évolution des recommandations

Selon la FSA, des études récentes ont montré que stocker les pommes de terre dans un réfrigérateur n’augmente pas de manière significative le potentiel de formation d’acrylamide par rapport à leur stockage dans un endroit frais et sombre. Cependant, il est important de savoir que les parties vertes des pommes de terre peuvent contenir des niveaux élevés de glycoalcaloïdes, des toxines naturelles qui peuvent provoquer des troubles digestifs lorsqu’ils sont consommés en grandes quantités.

Les clés pour une conservation adéquate des pommes de terre selon la FSA

Voici quelques conseils pour conserver vos pommes de terre de manière optimale :

À voir aussi Trois recettes faciles pour savourer le jambon espagnol en France
  • Choisissez un endroit frais et sombre : le garde-manger ou le cellier reste l’option privilégiée pour conserver les pommes de terre. La température idéale se situe entre 7 et 10 °C.
  • Évitez les températures trop basses : les pommes de terre commencent à développer du sucre en dessous de 4 °C, ce qui peut affecter leur goût et favoriser la formation d’acrylamide durant la cuisson.
  • Protégez-les de la lumière : une exposition à la lumière peut provoquer un verdissement des pommes de terre, signe d’une augmentation de la teneur en glycoalcaloïdes.
  • Stockez-les correctement : placez les pommes de terre dans un sac en toile de jute ou en papier pour favoriser une meilleure circulation de l’air et éviter qu’ils ne moisissent.

En conclusion : réfrigérateur ou pas ?

La question se pose toujours : doit-on conserver les pommes de terre au réfrigérateur ? Selon la FSA, le réfrigérateur n’est pas nécessairement à proscrire, tant que vous respectez les précautions ci-dessus. Toutefois, il est important de savoir que certains continuent de croire que les températures trop basses peuvent affecter la qualité des pommes de terre, les rendant moins savoureuses et plus susceptibles de provoquer la formation d’acrylamide lors de la cuisson.

En fin de compte, le choix de la méthode de conservation dépendra de vos préférences personnelles et de votre environnement. Si vous habitez dans un climat chaud où il peut être difficile de maintenir une température fraîche et sombre pour stocker vos pommes de terre, le réfrigérateur pourrait être une alternative viable, à condition de prendre les précautions nécessaires.

Pour aller plus loin : adapter sa cuisson pour limiter la formation d’acrylamide

Indépendamment de la méthode de conservation choisie, voici quelques conseils supplémentaires pour limiter la formation d’acrylamide lors de la cuisson de vos pommes de terre :

À voir aussi Les spécificités des contrats de mutuelle pour les indépendants
  • Cuire à des températures plus basses : privilégiez une cuisson à la vapeur, à l’eau ou au four à des températures n’excédant pas 180 °C.
  • Éviter la cuisson prolongée : retirez les pommes de terre du feu dès qu’elles ont une coloration dorée, sans les laisser trop brunir.
  • Tremper les pommes de terre avant la cuisson : le fait de tremper les pommes de terre coupées en morceaux dans un bol d’eau froide pendant quelques minutes avant la cuisson peut aider à réduire la formation d’acrylamide.
  • Consommer avec modération les produits frits et grillés : les produits frits et grillés sont parmi les plus riches en acrylamide; mieux vaut privilégier des méthodes de cuisson plus douces pour préserver notre santé.

En définitive, les nouvelles recommandations de l’FSA nous amènent à reconsidérer les modes de conservation des pommes de terre. La clé de leur préservation reste néanmoins leur stockage dans un environnement frais, sombre et aéré tout en prêtant attention à la cuisson pour limiter la formation d’acrylamide.

Réagissez à cet article