Royaume-Uni et Irlande accueilleront l’Euro 2028, tandis que l’Italie et la Turquie se préparent pour 2032

Dans un pronostic sans surprise, l’UEFA a décidé ce mardi d’octroyer l’Euro 2028 à l‘Irlande et au Royaume-Uni, puis l’Euro 2032 à l’alliance estivale entre l’Italie et la Turquie. Ce choix ne suscite guère d’étonnement, chacun des prétendants n’ayant à faire face à aucune concurrence.

Le président de l’instance européenne, Aleksander Ceferin, a officialisé ces deux associations lors d’une cérémonie succincte. Leurs hôtes succéderont à l’Allemagne, organisatrice de l’Euro 2024 (du 14 juin au 14 juillet) et contribueront à renforcer la tendance croissante vers une organisation conjointe des grands événements sportifs. C’est d’ailleurs l’unique opportunite pour certains nations d’accueillir ce type de compétitions.

À voir aussi La « taxe lapin » : Comment le Sénat veut vous faire payer pour vos absences médicales

Les amphithéâtres de 2028 sont légion, du mythique Wembley à Londres au City Stadium de Manchester, en passant par le St James Park à Newcastle, le Hampden Park à Glasgow, la Dublin Arena, le National Stadium de Cardiff, jusqu’au Casement Park de Belfast. Ces dix arènes, certains déjà renommées, sont prêtes pour accueillir des matchs de football, mais aussi des rencontres de rugby ou des sports gaéliques.

Le scénario 2032 est en revanche plus nébuleux, étant donné que l’Italie et la Turquie, après avoir longtemps rivalisé, ont fini par allier leurs efforts à la fin juillet. Elles n’ont cependant pas révélé les futures villes-hôtes, alors que leurs capitales respectives sont séparées par une distance de près de 1400 kilomètres.

coupe uefa

Un Euro toujours à 24 équipes

À voir aussi 5 dates clés à noter en fin d’année fiscale pour optimiser vos impôts

Malgré l’élargissement de la Coupe du monde de football qui comptera 48 équipes à partir de 2026, le championnat d’Europe depuis 2016 maintient une phase finale avec 24 sélections, soit 51 matchs à prévoir contre 104 pour un Mondial. C’est précisément cette raison qui a incité les cinq fédérations des îles britanniques (Angleterre, Ecosse, Pays de Galles, Irlande du Nord et République d’Irlande) à consacrer leurs efforts en 2022 sur leur candidature pour l’Euro, après avoir d’abord visé le Mondial 2030. Celui-ci a été attribué la semaine dernière au consortium Maroc-Portugal-Espagne, avec trois rencontres programmées en Amérique du Sud.

Avant que la FIFA n’envisage cette première aventure tri-continental, l’UEFA avait posé les premières pierres des organisations conjointes en attribuant l’Euro 2000 à la Belgique et aux Pays-Bas, l’Euro 2008 à l’Autriche et la Suisse, l’édition 2012 à la Pologne et l’Ukraine, et celle de 2020, marquant les 60 ans de la compétition, à onze villes-hôtes à travers le Vieux Continent.

Réagissez à cet article