Le pari d’un textile écolo-solidaire

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

En 2000, àun moment où cela paraissait complètement absurde, nous avons fait le choix de produire le tissu en France même si la pensée en ce domaine était fixée sur la Chine se souvient Christophe Lambert, PDG de TDV Industries, entreprise textile située à Laval, en Mayenne (53). Une révolution pour cette société familiale fondée en 1866, qui a choisi de tout miser sur l’écologie pour survivre face à la concurrence féroce venue d’Asie.

Une adhésion des salariés indispensables

A ceux qui le disent utopiste le dirigeant mayennais répond qu’il a été pragmatique. Celui pour qui capitalisme et développement durable, travail et bien-être sont, contrairement aux idées reçues, tout à fait compatible. Il constate, à juste titre, qu’il n’y a pas de plan B pour la planète et que pour qu’une entreprise puisse faire face à l’avenir, il faut s’acharner à être responsable et à réduire son impact environnemental. Cela nécessite évidemment l’adhésion des salariés au projet d’entreprise.

À voir aussi Trouver l’équilibre entre indépendance et sécurité professionnelle

Désormais, plus de 80 % de ces déchets sont revalorisés ce qui représente une économie de 2 millions de kWh d’électricité et d’un million de kWh de gaz chaque année. La consommation d’eau a également été réduite et les programmes de reforestation ont été lancés en Afrique. TDV industries suit de très près son empreinte carbone.

Des matières bio et équitables

Concernant les matières premières qui savent réaliser le textile commercialiser, la société mayonnaise a choisi d’investir dans une filiale de coton bio et équitable en Afrique de l’Ouest afin de profiter pour faire revivre des villages désertés par la migration économique. Au-delà de l’action environnementale, c’est donc aussi une action sociale qui est menée. Soucieuse de favoriser les circuits courts, elle souhaite valoriser la confection à base de tissus recyclés et de chambres locales.

Un changement de cap radical pour une entreprise qui était loin d’être réputée pour ses engagements avant ce virage à 180°. Il a bien sûr fallu changer également les choses au niveau du management. Aujourd’hui chaque salarié est informé des chiffres, objectifs, résultats, et peut faire des propositions. Un projet humainement bénéfique pour tous qui a permis d’améliorer la qualité de vie au travail mais aussi de s’améliorer soi-même sans stress ni objectif à atteindre à tout prix. Pour exemple l’entreprise lavalloise tissée fabrique des vêtements de travail pour des sociétés de BTP, pour la SNCF ou pour l’armée.

À voir aussi Les opportunités d’investissement en 2024 : où investir son argent ?